Trucs et conseils

L’eau potable, un besoin essentiel

Partager
Les municipalités et les terrains de camping du Québec sont soumis aux mêmes règlements sur la qualité de l'eau potable et de baignade. Ces règlements très stricts s’appliquent à tous afin d’assurer que la population ait accès à une eau de qualité en tout temps.

L’eau potable, un besoin essentiel!

Des normes à respecter

Les terrains de camping doivent effectuer certains contrôles tous les jours et suivre un calendrier d’échantillonnage exigeant. Ils font analyser leurs échantillons par des laboratoires indépendants afin de fournir périodiquement des preuves de la qualité constante de leur eau au ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs (MDDEFP) du Québec.

L’immense majorité des campings au Québec est en mesure d‘offrir de l’eau potable à tous ses points d’eau. Les très rares établissements saisonniers dont l’eau courante ne respecte pas le règlement sont tenus d’afficher le pictogramme «eau non potable» aux points d’eau. Ces terrains distribuent généralement de l’eau embouteillée gratuitement à l’accueil.

Pour donner un coup de pouce

Il arrive que certains caravaniers ne renouvellent pas régulièrement l’eau dans leur réservoir, ce qui favorise la prolifération des bactéries. En raccordant leur VR, ils peuvent contaminer le réseau d’eau potable du terrain de camping.

Pour éviter cette situation, veillez à renouveler l’eau de vos réservoirs périodiquement et procurez-vous une valve anti-retour. Il suffit de la fixer à votre boyau avant de le brancher pour éviter de contaminer tout le camping! C’est une solution simple et peu coûteuse (environ 15 $ dans les grandes quincailleries) qui évite bien des désagréments aux terrains de camping et aux municipalités qui vous fournissent une eau de grande qualité.

Qualité de l’eau de baignade

Les terrains de camping doivent également faire analyser l’eau de leur piscine régulièrement par un laboratoire accrédité par le ministère du Développement durable, Environnement et Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC). Ces analyses concernent la turbidité (présence de particules en suspension) et le taux de coliformes.

Sur place, les responsables du terrain de camping mesurent quotidiennement le taux de chlore, le pH, la limpidité et la température de l’eau de la piscine. Hebdomadairement, on en vérifie aussi l’alcalinité. Si l’eau ne respecte pas les normes, la piscine doit être fermée jusqu’à ajustement.

Quant à l’eau des lacs et rivières bordant les terrains de camping, elle est analysée périodiquement par les techniciens du MDDELCC afin d’assurer qu’elle est propre à la baignade. En présence de taux d’algues bleues ou de coliformes trop élevé, les plages sont fermées jusqu’au rétablissement de la situation.

À lire!

Se laver en camping

Article