Trucs et conseils

Un orage ? Soyez vigilant !

Partager

Un orage ? Soyez vigilant !

Par Sébastien Lacroix, journaliste

Le saviez-vous? Vous avez plus de chances d’être incommodé par la foudre si vous vous trouvez dans un camping en Outaouais, entre un jeudi et un dimanche de juillet.

L’Outaouais est effectivement la région où la foudre frappe le plus au Québec, suivie du Grand Montréal et de la Montérégie. « Parce que c’est très chaud et très humide, ce qui est plus propice aux orages. Et qui dit orages dit éclairs », explique Amélie Bertrand, météorologue de sensibilisation aux alertes d’Environnement et Changement climatique Canada.

S’il ne tient pas de statistiques précises pour le Québec, le ministère fédéral recense tout de même chaque année 150 blessures et jusqu’à 10 morts qui sont causées par les éclairs au pays. De ce nombre, 65 % des cas sont liés à des loisirs de plein air, dont la plupart en camping.

Comme les gens sortent davantage à l’extérieur pour faire des activités durant la fin de semaine et que c’est en juillet qu’ils prennent généralement leurs vacances, un mois qui est souvent chaud et humide, ce sont les journées les plus « dangereuses » en ce qui concerne la foudre.

Même si les risques d’être frappé par un éclair sont de l’ordre d’une chance sur 250 000, il faut être très prudent. Parce que même s’il ne nous atteint pas directement, l’éclair peut toucher un arbre à proximité qui va se fracasser et nous tomber dessus. Il peut aussi créer une onde de choc avec des courants telluriques qui peuvent voyager sur une dizaine de mètres par le sol ou par les racines et causer une électrocution.

Des mesures de précaution

La pire chose à faire pour trouver un refuge en cas d’orage est de se coucher par terre dans une tente, puisqu’elle n’offre pas de protection ni au-dessus, ni en dessous. Dès que l’on entend le tonnerre, on recommande plutôt d’aller dans un bâtiment ou une voiture, si possible, sinon sous un canot, et d’attendre environ 30 minutes après le dernier grondement.

« Il n’y a jamais d’abris sûrs à 100 %, mais il importe d’ériger le plus de murs possible entre nous et l’orage de façon à augmenter la protection, explique Amélie Bertrand. Si on a quelque chose de rigide par-dessus la tête, ça peut nous protéger un peu plus s’il y a un arbre ou une branche qui tombe. »

En fait, il faudrait penser aux risques liés à la foudre dès qu’on érige un campement. Sous un arbre isolé ou l’arbre le plus haut, près d’une clôture métallique ou du sommet d’une colline, ces endroits qui peuvent sembler idéals sont plutôt à proscrire.

Les occupants d’une autocaravane ou d’un véhicule récréatif seront en sécurité en cas d’orage, à condition qu’ils ne touchent pas certaines pièces qui entrent en contact avec la coquille métallique. Un VR peut toutefois être frappé par la foudre s’il est connecté à un réseau électrique ou si ses vérins sont en contact avec le sol.

Si l’on se trouve en arrière-pays, il est recommandé de s’éloigner des lieux à haut risque tels que les sommets, crêtes et terrains surélevés, des endroits où la foudre frappera souvent en premier. « Parce qu’un éclair cherche toujours le chemin le plus court pour toucher terre », explique Amélie Bertrand.

Environnement Canada suggère aussi d’éviter les endroits dégagés de plus de 100 mètres, de chercher une pente descendante ou un ravin sec où se réfugier, et si nous sommes un groupe de personnes, de se disperser pour éviter les blessures multiples.  Il est aussi possible de consulter les cartes canadiennes du risque de foudre sur un appareil mobile et de se mettre à l’abri si l’on se trouve dans une des zones de danger indiquées en rouge.


Un peu de lecture

Vente et construction sur le site

Lire l'article