Découvrez le Québec en camping

La vita à bella

Partager

Chronique de septembre 2019

Barbu de Ville se décrit comme étant « auteur, gars de shop, propriétaire d'une barbe et d'un chien saucisse. Papa deux fois qui, entre deux chicanes de ses enfants, écrit des nouvelles littéraires, des anecdotes, des récits et fait des podcast! »

En 2019, il est devenu campeur saisonnier au Camping Mirabel et nous fera le récit de ses histoires et de ses péripéties. Suivez-le avec nous dans cette nouvelle aventure!

Déjà la fin de l’été à nos portes, déjà la fin de nos soupers de gang, déjà la fin de nos tournois de washers, déjà l’écriture du texte de septembre pour Destination Camping Québec. Je déteste les fins, je suis un nostalgique fini mais je sais que j’ai tissé des liens avec ma gang du camping! Je sais que je vais revoir les Banville, les Savard, les Mercier, les Comer cet hiver! 

Nous sommes à l’heure des bilans de cette première année de camping saisonnier. J’ai pas bu autant de bière que je l’aurais cru mais j’ai bu beaucoup plus de vin blanc! J’aimerais pour l’an prochain me procurer un kart « pimpé » du genre pour faire des grands tours et de la « trail » en forêt. J’aimerais aussi agrandir mon deck et me faire un porte-bûche digne de ce nom!

Une fois la « gate » traversée, c’est comme si on traversait le mur de l’ennui pour celui de la fête. Celui du sentiment quand vous êtes enfant et que vous êtes à une fête foraine. Celui des possibles. Une fois que la petite carte blanche vous ouvre le chemin vers votre roulotte, c’est comme si vos muscles se détendent. Les gens autour de vous vivent le même sentiment dans une harmonie à rendre fou n’importe quelle bouddhiste de la planète! Bouddha serait le genre à avoir un kart et une roulotte 30’, j’en suis persuadé!

Nous, notre Bouddha, c’est aussi un des castors de l’escouade. Il est Martin, avec son bonheur facile, sa petite bière, son sourire. Tous les enfants l’adorent, mon chien Relish capote littéralement aussitôt qu'il entend sa voix. Il est un humain sur qui je prends exemple! Seul petit bémol, notre Martin devrait, pour lui et pour nous, faire attention à sa bedaine trop grosse et trop dure. On voudrait le garder longtemps, notre bouddha de Laval! Voir Martin s’endormir devant le feu, c’est une expérience psychédélique, ça donne le goût de s’endormir aussi. Merci mon ami pour ce bel été!

Il y a aussi notre visite et la visite de notre gang qui vient agrémenter nos journées. D’ailleurs, la grande fille de Martin et Annie me donne espoir en la jeunesse d’aujourd’hui, moi qui n’ai pas une très grande opinion des jeunes en général! La grande Virginie et Lucas, parents du beau Logan et du mini Émile! Virginie qui a commencé sa vie d’adulte en allant travailler su’ a Côte-Nord, plus précisément à Sept-îles, là où les « wézos r’virent de bord », là où l’été dure le temps d’une fin de semaine!

Ils sont beaux à voir aller avec leurs deux jeunes enfants, de la belle jeunesse! Lucas, 24 ans, est électricien de la chose électrique et Virginie, 24 ans, rêve d'exercer le noble métier de mère à la maison, mais pour l’instant elle travaille en garderie. Vous êtes à vous deux la suite du monde à petite échelle, celui de notre avenir sans tambour ni trompette mais avec une certitude bien ancrée dans le quotidien. Si la jeunesse c’est vous, je veux bien embarquer dans la suite des choses à vos côtés!

Et mon gros nez de Barbu me dit que pour être une si jolie femme, terre à terre comme Virginie, ça prend une maman du même moule! Annie, grand-mère de feu à même pas 50 ans, je m’excuse d’avoir autant bu ton vin blanc. J’ai l’impression que je t’en dois une cave!

Être ou ne pas être comme disait Shakespeare... j’ai adoré certains aspects de mon camping et j’en ai détesté d’autres.

Dans adoré :

- Notre petit gang

- Les feux de fin de soirée

- Les promenades en kart

- Les toasts

- Le vin blanc

- La liberté donnée aux enfants

- Le café du matin (Tassimo dans mon cabanon)

- Mon chien qui dort au soleil

- Les dodos improvisés

- Le petit boire de l’après-midi

- Le bar de Daniel

- J.P. qui crie moitié/moitié

- L’étang coloré le soir

- Les canards

- Les ouaouarons qui m’aident à dormir

- Nos journées improvisées

Dans détesté :

- Le maudit WiFi à marde du camping Mirabel

- Ma douche trop petite pour mes grosses foufounes de Barbu

- L’odeur de ma toilette

- La nuit

- La pluie

- Mon manque de sommeil

- Faire la Saint-Simonaque de vaisselle quand j'ai un lave-vaisselle à la maison

En gros, on a donné notre dépôt pour l’an prochain car j’ai une portion de deck à bâtir avec les castors, et j’ai un club de marche à inaugurer avec Martin le Bouddha pour faire maigrir nos bedaines de gars qui sont dans le milieu de la quarantaine. 

Dans l’article d’octobre, je vous parlerai des Savard et des Comer, une autre partie de la gang que j’adore, qui fait que j’ai resigné pour une autre année!

  

Pendant ce temps-là... 

Florence alias Flo a réussi tous ses défis de l’été 2019 :

  •  Faire du bécycle sans petites roues
  • Nager sans flotteur
  • Être capable de jouer au ballon-poire

L’an prochain, Flo, tu vas m’aider moi et Martin à réussir notre défi du club de marche et tu apporteras ton papa Dan qui a besoin du club de marche aussi. :)

Un peu de lecture

Savourer une poutine en camping

Lire l'article

{{ uniquecode }}

{{ fullname }}

Imprimer