Découvrez le Québec en camping

Au temps des feuilles mortes

Partager

Chronique d'octobre 2019

Barbu de Ville se décrit comme étant « auteur, gars de shop, propriétaire d'une barbe et d'un chien saucisse. Papa deux fois qui, entre deux chicanes de ses enfants, écrit des nouvelles littéraires, des anecdotes, des récits et fait des podcast! »

En 2019, il est devenu campeur saisonnier au Camping Mirabel et nous fera le récit de ses histoires et de ses péripéties. Suivez-le avec nous dans cette nouvelle aventure!

Dimanche 22 septembre 2019,  j’ai officiellement hiberné ma roulotte jusqu’en mai. Il me semble que c’est le temps d’une éternité. Jusqu’en mai, je ne verrai pas Martin ronfler au bord du feu. Je ne verrai pas JiPi conduire sur le mauvais bord de son kart comme en Europe. Je ne pourrai pas saluer Daniel, mon retraité préféré de Price Wilson (Cascades) jusqu’en mai. Je ne pourrai pas avoir un mauvais signal de WiFi. Je ne pourrai pas prendre un verre en toute simplicité avec la très jolie Sandra Savard. Je ne pourrai pas faire des grands tours de kart avec mon chum Alex autour du camping et de la forêt à Michel!

Évidemment, l'escouade des castors est venue solidifier mon cabanon. Daniel était le castor en chef du « solidifiage » de mon cabanon en peau de pet! Et Martin était le castor en chef de l'hibernation de ma roulotte. 

J'ai suivi Martin comme un scout et pour dire la vérité honteuse, j'ai rien compris à l'hibernation de ma roulotte.

Ça me semble du chinois. Je ne suis pas très doué pour le mandarin. Les castors de l'escouade, en plus d'être bricoleurs, sont de maudits bons yâbles; alors je peux moi-même hiverner tranquille jusqu'en mai prochain. Nous avons parlé pendant une bonne partie de l’été de la façon dont nous allions solidifier le fameux cabanon. Les projets pour les castors sont le moteur de leurs étés. 

L'an prochain je compte bien investiguer sérieusement les fonds du lac à Michel. Les tortues gargantuesques sont signes de mauvais présages, je crois. Il y a une odeur nucléaire autour du lac qui me glace le sang. Voilà, c'est dit! Comme si l'air ambiant était de Tchernobyl. Nous sommes en présence d’un mythe. À suivre… Si jamais vous avez de l’information sérieuse sur les tréfonds du lac, vous pouvez venir me voir au terrain #115! Vos photos du lac du matin comme du soir sont acceptées avec votre numéro de terrain SVP! Mon courriel : barbudeville@gmail.com.

Zachary

Au camping, il y avait aussi les enfants de notre gang. Zac, le joueur de baseball qui arrivait au camping en mobylette. Zac qui joue au baseball depuis toujours avec les Bisons de St-Eustache et comme le temps roule en train, il est déjà rendu Midget. Et cet été, il a travaillé pour Piscine Banville, la compagnie de son oncle Martin, l’un des castors de l’escouade! Au camping, toute est dans toute, comme dirait l’illustre Raoul Duguay. Zac, gérant d’estrade comme je peux l’être et aussi avide de statistiques de sport que « Fern » dans Les Boys et que votre humble serviteur.

Charlotte

Chacha pour les ami(e)s. Elle se promène partout sur le camping et déjà jet-set à 8 ans… Si vous pensez que Marilou sa grande soeur a un Instagram de feu, vous n’avez rien vu. Attendez de voir celui de Chacha rendue au même âge. Je l’imagine globe-trotteur : je crois qu’elle va voyager énormément. Notre Chacha est hypersensible et je crois que plus tard, cette belle sensibilité va l’aider à comprendre les gens autour! J'imagine Chacha faire de l’aide humanitaire; j’ai sa « vibe ». 

Coralie

Coco, la joueuse de soccer et l'adolescente frue classique qui se donne des airs! Coco l’athlète, solide joueuse de soccer devant l’éternel! J’aime cette enfant. J’aime son côté diva, je me reconnais beaucoup quand je la vois agir! Jeune fille au regard allumé, il y a un monde de possibilités pour cette jeune femme en devenir! Elle sera à la hauteur de tout le talent qu’elle possède en elle. Je l’imagine devenir un professeur d’éducation physique intraitable. :)

Julien

Mr. Julien vient me donner une bonne poignée de main chaque matin à ma roulotte du haut de ses 12 ans! Bête de soccer, bête de hockey… Julien pourrait fournir la ville de New York en énergie à lui seul! Je le vois devenir couvreur comme son père et prendre la relève de la business de son oncle. J’ai vu son père Alex et ami poser du bardeau sur un toit en pente, et laisse-moi te dire Juju que ton bonhomme est une machine. Tu as de l’énergie vraie mais je sais d’où elle vient. Julien est le plus jeune fan du Barbu de ville. Il aurait voulu venir à mon spectacle. Je sais que tu es déçu mon gars et je suis aussi déçu que toi mais comme je suis pas tuable, tu auras la chance de voir l’un de mes autres spectacles dans l’avenir.

Et il y a mes miens, Mathilde et Théo, qui ont adoré leur été au camping. Oui, il y a eu des chicanes avec les autres enfants mais le soir venu sur le bord du feu, tout le monde est ensemble comme une meute de loups… On regarde la braise monter en flamme, on réinvente le monde à coup de Coors, de vin, de liqueur, de gin, de rhum, de Bubly! Il y a la lune des loups qui éclaire le coin de notre ciel et laisse un halo de poussière tomber dans le lac! 

Et pendant ce temps-là, le chef de notre meute ronfle doucement sur le bord du feu!

HAPPY CAMPER! :)

Un peu de lecture

Un animal prêt-à-camper!

Lire l'article

{{ uniquecode }}

{{ fullname }}

Imprimer