Découvrez le Québec en camping

Fortnite non inclus - Barbu de Ville

Partager

Fortnite non inclus -  Chronique de mars 2019

Barbu de Ville se décrit comme étant « auteur, gars de shop, propriétaire d'une barbe et d'un chien saucisse. Papa deux fois qui, entre deux chicanes de ses enfants, écrit des nouvelles littéraires, des anecdotes, des récits et fait des podcast! »

En 2019, il deviendra campeur saisonnier au Camping Mirabel et nous fera le récit de ses histoires et de ses péripéties. Suivez-le avec nous dans cette nouvelle aventure!

Pré-camping

Pendant la semaine de relâche, les 6 et le 7 mars derniers, nous avons eu un avant-goût de notre été 2019. Annie, la femme de Martin, a invité ma femme et les enfants à passer la journée au chalet qu’elle avait loué à St-Hippolyte. Glissade, rond de feu, petite bière ou gin tonic étaient au rendez-vous, mais pas moi! Car voyez-vous, l’auteur/chroniqueur/conteur que je suis doit aussi travailler dans un entrepôt, mais il n’est pas loin le jour où l’entrepôt ne deviendra qu’un lointain souvenir! À suivre...

Je ne suis donc pas en vacances pendant cette semaine de relâche. Ma femme me téléphone sur l’heure du dîner pour me dire que nous sommes invités à souper chez Annie et Martin. Il y a aussi Christine ainsi que la maman d’un garçon qui est le chum de la fille de Manon qui arrivait ce soir-là plus tard dans la soirée. Me suivez-vous jusque-là? Ladite maman qui avait fait une crevaison, ne voulant pas coucher chez le garagiste, est atterrie chez Annie. Voilà!

Ma blonde me demande d’arrêter au petit marché avant d’arriver pour acheter du dessert et du pain. C’était le « deal » entre les mammas dans le chalet! Vous savez, chers lecteurs et lectrices, qu’il ne faut jamais contrarier des mammas? Une mamma contrariée, c’est un peu comme le supplice de la goutte chinoise, c’est insoutenable. Alors après le travail, j’ai pris mon p’tit bonheur à deux mains pour aller au marché faire un genre d’épicerie, même si mon désir profond était de m’écraser sur le bord du foyer avec Martin en sirotant un p’tit gin tonic.

Petit marché de village bucolique avec pas de stationnement inclus. Un service à la clientèle à faire pâlir toutes nos grandes chaînes d'alimentation. Je me suis enfargé dans la boulangerie car je suis tombé sur un résident de la place qui a reconnu le Barbu de Ville. Comme au camping, j'ai pris le temps de prendre le temps. Nous avons jasé, comme on dit! L’hiver qui n’en finit pas de finir est pas encore fini mon Éric! :)

Les Savard

Premier arrêt chez les Savard. L'ineffable Alexandre avait besoin d’aide pour stationner son « kart » de luxe monté sur des roues de « Bigfoot ». Je vous promets des photos pendant l’été. Évidemment que le dit « kart » sera au poil! Le propriétaire du « Bigfoot » est pas mal fier de sa personne. J’aide la belle Sandra et Alexandre à monter le « kart » sur ledit « deck » en trois parties que ma blonde trouve très très beau et dont elle me rappelle déjà que c’est ce genre de « deck » qu’elle veut. La prochaine saison est encore loin et déjà mon « foreman » me trouve du boulot! J’espère qu’entre deux projets, je vais avoir la chance de jouer une p’tite partie de « washer »! À suivre...

Alexandre me dit que je vais avoir besoin d’un frigidaire pour mon cabanon et me donne le sien car il veut s’en acheter un autre. J’ai un terrain, une roulotte et un frigidaire en moins d’une heure et demie. Je remercie Alex et Sandra. C’est vraiment généreux de leur part car le frigidaire, c’est quelque chose que je n’aurai pas besoin de bâtir pour ma blonde! Et tout le long que j’aidais les Savard à fermer leur camping, je pouvais voir dans leurs yeux une certaine tristesse. Une petite mélancolie de fin de la belle saison.

Pendant ce temps-là, nos enfants sont ailleurs, quelque part sur le camping à jouer à mille et un jeux entre eux. Julien, Mathilde, Théo, Florence et Charlotte étaient occupés à jouer au bonheur à travers les petites rues du camping Mirabel. Notre camping est plutôt leur camping qui devient un immense parc d’attraction, avec un terrain de tennis, un terrain de baseball qui devient un ciné-parc le vendredi soir, un mini-golf, une piscine chauffée pour les frileux et frileuses, une piscine avec un tremplin et une glissade pour les aventuriers, un spa pour le repos paisible du papa qui a construit un « deck » en trois parties dans la journée.

Nous allons ensuite aider les Mercier, Banville et Comer à paqueter bagage! Daniel me donne une TV pour la cuisine de ma roulotte! Voilà une autre affaire que j’aurai pas besoin de construire. Quand ça va ben, ça va ben. Merci beaucoup Daniel, ta TV va surtout servir le matin quand mes deux singes à batteries se lèvent trop de bonne heure. Je vais pouvoir continuer à ronfler tendrement.

L’après-midi est presque fini et les enfants sont tristes de déjà quitter le camping! Je le suis aussi. Nous avons mille et un projets en tête pour notre p’tite parcelle de bonheur sur le bord de l’étang. J’ai oublié de vous dire que notre chien saucisse, qui s’appelle Relish, va lui aussi faire partie de l’aventure. L’amitié, la camaraderie simple, le contact humain, la famille… Quand tout le monde au camping se déguise en bonheur, il est facile d’embarquer aussi dans le costume.

L’amitié, la camaraderie simple, le contact humain, la famille… Quand tout le monde au camping se déguise en bonheur, il est facile d’embarquer aussi dans le costume.

La liste

Puis j’ai laissé la neige tomber jusqu’à Noël!

Qui vous pensez est venu porter aux enfants un cadeau qui va servir surtout au camping? Oui, oui, même le père Noël a mis son petit grain de sel dans notre aventure. Mais bizarrement, quand je regarde dans mon compte de banque, c’est pas le père Noël qui a payé les « hoverboards »!

Un hoverboard? Oui, oui, c’est le nec plus ultra d’une genre de planche à roulette électrique qui avance par les mouvements de pieds et de hanches. Vous en avez sûrement vu dans vos campings cet été, ils nous ont envahis.

 Au-delà du bonheur, au-delà de la bucolique p’tite bière sirotée au bar fabriqué par Daniel, il y a la liste des choses à faire. Il en va du bonheur de l'écosystème familial car quand madame est contente, tout le monde est content. 

La liste

  • Deux bicycles pour le camping, même si nous avons deux bicycles à la maison. (C’est un débat familial qui risque de durer toute la saison.)
  • Un trampoline usagé.
  • Un cabanon ($$$).
  • En masse de bois pour fabriquer un « deck » en trois parties.
  • Encore du bois pour fabriquer un « rack » à corder mes bûches pour le rond de feu.
  • Etc… Etc… Etc...

En terminant, oui, oui, bien sûr mon camping offre le WiFi gratuit mais chuuuuuuut, n’en parlez pas à mes enfants si vous les voyez cet été au camping; ils pensent que Fortnite est non-inclus.

Un peu de lecture

Camping d'hiver? Pourquoi pas!

Lire l'article

{{ uniquecode }}

{{ fullname }}

Imprimer