Découvrez le Québec en camping

Stranger things - par Barbu de Ville

Partager

Chronique de juillet 2019

Barbu de Ville se décrit comme étant « auteur, gars de shop, propriétaire d'une barbe et d'un chien saucisse. Papa deux fois qui, entre deux chicanes de ses enfants, écrit des nouvelles littéraires, des anecdotes, des récits et fait des podcast! »

En 2019, il est devenu campeur saisonnier au Camping Mirabel et nous fera le récit de ses histoires et de ses péripéties. Suivez-le avec nous dans cette nouvelle aventure!

Au camping Mirabel, il y a les saisonniers qui sont au camping presque toutes les fins de semaine. Comme Daniel, le retraité de Cascades, et sa femme, à un coin de rue de ma roulotte, JiPi qui se promène 23 heures sur 24 dans son kart pour vendre des massages ou des moitié-moitié en criant, Bob l’adolescent de 19 ans qui passe plus de temps dans l’eau que sur le plancher des vaches. Il y a aussi Michel, le propriétaire du camping, qui travaille du lever du jour jusqu’au coucher du soleil et parfois plus longtemps. Il y a aussi la tortue du lac qui fait partie du décor comme un symbole de notre rythme de vie à St-Augustin. Tranquillement pas vite!

Je vous avoue humblement que j’ai beaucoup de misère à m’adapter à ce rythme! Je suis de type anxieux level ninja! Le rythme lent me rend nerveux. Je me rends compte en cette première saison qu’être saisonnier, c’est une façon d’être. C’est une autre façon d’exister. Ce que je trouve le plus pénible, c’est de venir rejoindre ma petite famille en semaine pendant que je travaille. Difficile d’expliquer ce sentiment! Je souhaite vous l’expliquer pour mieux me faire comprendre à travers cette chronique. 

Voilà, chers lecteurs et lectrices, vous êtes mes cobayes le temps d'un article. Mouaaaaaaaaaaa!!!

Si vous passez devant ma roulotte (qui n’est pas encore ma roulotte tant que je n’aurai pas totalement fini de la payer à mon ami Martin, l’un des castors de l’escouade), donc si vous passez devant, vous allez souvent m’apercevoir en train d’écrire sur mon laptop, de boire une bière ou de faire à manger pour la meute au rythme d’une musique des années 80, pareil comme dans « Stranger Things »! D'ailleurs, j’ai entendu une rumeur comme quoi le petit lac près du boisé des gens sans service serait habité au tréfonds par une chose étrange. C’est pour ça que les p’tits bouts de saucisses accrochés aux lignes des enfants disparaissent!!! D’ailleurs, la foudre a frappé dans un poteau au camping il y a environ deux semaines, ce qui a complètement détruit tout ce qu’il y avait dans la roulotte de l’un des voisins de l’escouade des castors! Moi, je pense plutôt que c’est de la faute de la chose étrange dans le fond du lac à Michel! Moi, Barbu, je n’oserais pas me promener aux abords du lac une fois la nuit tombée! J’aurais peur d’être pris dans un vortex sans fin.

Est-ce que ma nervosité vient des vibrations de la chose étrange dans le lac ou de toutes ces parties de washers perdues ou peut-être du rythme lent du temps une fois la barrière du camping franchie? Mystère et boule de gomme comme on dit! Je ferais le tour du lac seulement avec la montre des 100 Tours de Centour ou avec mes castors en kart un peu « chaudailles »!

Ma fille a planté deux fois plutôt qu’une en « bécycle » près du lac! Coïncidence? Je ne crois pas. Elle qui est une athlète de 12 ans qui joue au hockey, baseball et basketball organisé! Comment elle pourrait planter comme ça bêtement? Moi ça serait possible, je suis difforme, pas coordonné, vieux pour mes 45 ans et parfois « chaudaille »! Mais pas ma fille, une machine sur deux pattes!

Le meilleur ami de Mathilde, que je considère comme mon fils, Anthony, qu’on surnomme Tony, a aussi bêtement planté à vélo près du lac. Et lui, c’est presqu’une commotion cérébrale, des bonnes coupures creuses au niveau du coude, etc… Comment est-ce qu’un jeune homme dans la force de l’âge qui joue au hockey, au baseball et qui est un super joueur sur PS4 peut planter de la sorte? Moi, Alex, Dan ou Martin, « chaudailles » ou non, pouvons planter mais pas lui avec ses réflexes de félin. Le mystère reste entier!

Parfois, la nuit, entre les doux ronflements de ma conjointe Karine, je peux entendre un bruit bizarre venant du lac… J’ai en background dans ma tête « She’s a Maniac », chanson thème du film « Flashdance » paru en 1983! Je tremble dans ma douillette (j’aurais dû allumer mon lit chauffant). Je me demande ce qu’il y a au fond de ce lac? Peut-être Jason Voorhees, lugubre personnage qui portait un masque de gardien de but au début des années 80? Sommes-nous un vendredi 13? J’ai en background dans ma tête une chanson d’Alice Cooper « He's Back (The Man Behind the Mask) ».

Avons-nous réveillé la bête le soir de la thématique de l'Halloween ou quand JiPi a fait le Père-Noël lors du Noël du campeur?

Et si Michel prenait sa pompe qui sert à vider nos toilettes et décidait d’aller vider le lac au grand complet? Qu’est-ce qu’on y trouverait? Un monstre du Loch Ness? Un Memphré comme à Magog? Une chose étrange du genre plante carnivore qui se nourrit d’humains, qui est d’origine russe! C’est peut-être ça! Une plante carnivore qui aurait reçu des rayons gamma pendant la fameuse explosion à Tchernobyl en 1984! J’ai en background dans ma tête une chanson de A-ha qui s’intitule « Take On Me ». J’ai juste le goût de prendre mes jambes à mon cou parce que je n’ai pas le kart d’Alex, qui est en train de charger pour la nuit!

Et si les grands-parents de Michel, le propriétaire du camping, étaient originaires de Moscou? Et si ce n’était qu'un complot du Kremlin? J'ai en background dans ma tête une chanson du groupe Survivor parue en 1984 faisant partie de la trame sonore du film Rocky 4 « Burning Heart ».



 

**Mise à jour**

Prochaine fois que vous allez à la piscine, vous allez remarquer que Flo nage sans flotteur!

Un autre sur la liste de Flo :)

Si d'ici là, bien sûr, le monstre du lac ne nous a pas tous engloutis! ;)

Un peu de lecture

Pratiques vertes

Lire l'article

{{ uniquecode }}

{{ fullname }}

Imprimer